Home >> aucun

aucun

aucun | n Migraine pendant la grossesse La migraine est courante, avec une prévalence d’un an de 12 à 15% dans le monde occidental.1 Le cas décrit ici (voir l’encadré Scénario) illustre de nombreux problèmes qui surviennent lorsqu’un patient qui a des migraines devient enceinte. Scénario Une femme de 32 ans avec des antécédents de maux de tête épisodiques a récemment pris conscience qu’elle est enceinte. Elle a eu des maux de tête gênants de l’enfance. Elle n’a pas d’autres problèmes médicaux. Sa soeur et sa mère ont des migraines transmission. Elle est non-fumeur. Au cours des cinq dernières années, ses maux de tête sont devenus plus fréquents, avec cinq à sept attaques par mois de douleurs invalidantes, gauches ou droites, autour de la région pariétale et temporale. La douleur est aggravée par l’activité physique et tout mouvement associé à des nausées et à des vomissements marqués, à une photophobie proéminente et à une phonophobie. Les attaques durent deux à trois jours. Elle n’avait aucun symptôme d’aura. Les examens physiques neurologiques et généraux étaient normaux, et son diagnostic est donc une migraine sans aura.2 Elle a eu un bénéfice minime des analgésiques en vente libre, y compris le paracétamol (acétaminophène) avec et sans codéine; aspirine; le métoclopramide; la prochlorpérazine; la dompéridone; et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (notamment l’ibuprofène et le naproxène). Elle a commencé à prendre du sumatriptan à 20 mg par voie nasale. Cela a provoqué un soulagement des maux de tête en environ deux heures, avec une légère gêne thoracique. Elle a également commencé à prendre du topiramate en prévention de la migraine, qui, à la dose de 50 mg deux fois par jour, a réduit sa fréquence d’attaque à deux par mois. Les attaques révolutionnaires ont été traitées avec du sumatriptan. Elle a eu quelques paresthésies bénignes avec le topiramate mais aucun autre effet secondaire. Cette grossesse, la première, n’était pas planifiée. Elle est actuellement à six semaines ’ gestation par ses dernières périodes menstruelles.