Home >> Patients prenant 90 combos de codéine par jour

Patients prenant 90 combos de codéine par jour

Selon un pharmacien qui a étudié l’impact de ces médicaments sur les maladies gastro-intestinales, certains patients prennent des dizaines de pilules combinées de codéine en vente libre par jour.

Ils ne sont pas aussi efficaces que le marketing l’indique, explique le Dr Jacinta Johnson, pharmacien clinicien, qui souhaite que les patients soient avertis des risques dès la première délivrance des médicaments gastro-intestinal.

“La codéine est commercialisée comme un analgésique très puissant, mais à faible dose, elle n’est pas très efficace.”

Selon le Dr Johnson, les pharmaciens communautaires devraient envisager de proposer des produits de remplacement aux patients.

Combinaison de paracétamol et d’ibuprofène peut être plus efficace pour la douleur que la codéine à faible dose, dit le conférencier de l’Université de l’Australie-Méridionale.

Son étude a porté sur 30 patients admis à l’hôpital à 99 reprises sur une période de cinq ans en raison d’une mauvaise utilisation des combinaisons de médicaments contenant de la codéine. La plupart avaient des ulcères perforés provoquant des saignements gastro-intestinaux.

Ces patients avaient pris en moyenne 28 comprimés par jour pendant une durée moyenne de 606 jours avant leur admission. Certains avaient été sur un énorme 90 comprimés par jour.

Leur séjour à l’hôpital avait une durée moyenne de six jours, estimée à plus de 10 000 dollars, selon l’étude non publiée présentée aujourd’hui à la conférence de l’Australasian Professional Society sur l’alcool et les autres drogues à Sydney.

Dr Johnson dit que les résultats soulignent la nécessité de faire preuve d’une plus grande prudence et pourraient ajouter aux délibérations de la TGA sur l’opportunité de passer de la codéine en vente libre à la prescription uniquement.

La TGA a suspendu la décision d’établissement des horaires jusqu’en 2017 afin d’examiner quelque 127 soumissions, dont la majorité s’oppose à l’idée.

Il travaille également sur une déclaration d’impact réglementaire attendue à la fin de l’année.